Le discours informatif

9 Fév

Discours d’une espèce bien particulière, le discours d’information médiatique a su tirer profit de tous les progrès réalisés dans les domaines du son, de l’image et de la transmission des données. Les médias audiovisuels sont désormais capables de couvrir, à chaud, n’importe quel événement dans n’importe quel point du monde. Mais si l’information a gagné en vitesse, elle n’a pas nécessairement gagné en fiabilité. L’impératif du «scoop», dans un contexte fortement concurrentiel, multiplie les risques de désinformation.

I. DES CONTRAINTES SITUATIONNELLES

A. Un contrat de communication spécifique

Le discours informatif s’engage à faire connaître au public les faits marquants de l’actualité dans leur nouveauté, leur immédiateté et leur authenticité.

B. Les agences de presse

Censées fournir aux médias l’information « brute », elles agissent comme des filtres, effectuant un premier tri et orientant les analyses à venir. Pour exemple, découvrez ici le «fil» de l’AFP.

C. Des critères communs

Communs à l’ensemble des médias d’information : des critères d’actualité, de proximité et de sensationnalisme (à des degrés divers).

II. LA « CONSTRUCTION » DE L’ÉVÉNEMENT

A. Saillance et prégnance

Un fait d’actualité ne peut accéder au statut d’événement qu’à certaines conditions.

B. Un réel déjà prédécoupé

L’événement doit pouvoir s’insérer dans l’une des catégories, ou rubriques, de l’espace rédactionnel.

C. Mise en intrigue, mise en discours

L’événement-dépêche est réécrit et scénarisé en fonction des attentes présumées du public-cible.

III. DES VISÉES CONTRADICTOIRES

Prise entre la volonté d’informer et le souci de séduire, l’information médiatique doit concilier des stratégies contradictoires, selon l’analyse de Patrick Charaudeau.

A. Des stratégies de crédibilité

Pour emporter la confiance du récepteur, seront recherchés des effets d’authenticité et de vérité.

B. Des stratégies de séduction

Mais il s’agit aussi de toucher l’émotivité du récepteur, par la mise en œuvre d’effets de dramatisation et/ou de ludisme.

C. Une légitimité sans cesse menacée

L’exercice d’information est périlleux, le récepteur pouvant à tout moment retirer sa confiance.

Avec la multiplication des canaux d’information apparaît une nouvelle forme de journalisme qui ne consiste plus à produire l’information, mais à la reproduire. C’est du moins ce que dénonce Marie Bénilde dans un article du Monde diplomatique paru en août 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :